“Si” n’existe pas

Il fallait qu’il « L »’attrape. C’était une question de vie ou de mort. Il ne devait plus échouer. Heureusement Georges avait été sportif étant jeune ; et il avait toujours su conserver une bonne forme physique. Il « La » vit entrer dans un immeuble, par la porte d’entrée que poussait avec beaucoup de peine une vieille dame. Il s’y engagea sans hésiter, lui et ses larges épaules, bousculant la malheureuse qui passerait la soirée à l’hôpital au lieu de pouvoir gâter son petit-fils. « Elle » se déplaçait vite, mais Georges donnait tout ce qu’il avait en lui pour ne pas « La » perdre de vue. Seule une respiration plus rapide et sonore trahissait sa quarantaine entamée. Il grimpa les marches de l’escalier quatre à quatre, jusqu’au cinquième étage et atteignit la porte du toit, qui venait tout juste de se refermer. Par chance elle s’ouvra sans broncher. Ne pas « La » laisser s’échapper. « Elle » était son unique solution, son tremplin vers sa rédemption. Il le savait. « L »’attraper, c’était sa seule option. Pas d’alternative. Il s’élança sur la courte distance qu’il y avait entre cette porte et le bord du toit, bouscula sèchement un jeune homme pas bien grand que son champ de vision n’avait pas remarqué, et termina par un magnifique plongeon sur « Elle ».

Mais tout ce qu’il attrapa, ce fut le vide, suivi de très près par le toit d’un grand monospace.

Read More »“Si” n’existe pas

Oui

Rester inachevée en 2005, elle méritait bien d’aller jusqu’au bout de l’effort créatif du moment. Alors 6 ans après, la voici réinterprétée et terminée.

Read More »Oui

Jouissances culinaires

*

Aucune ne l’avait rappelé. Ni une heure après, ni même un mois. Jamais. Pas une seule. Il se sentait maudit par les femmes. Humilié. Mais il ne leur en voulait pas. Après tout, profiter de l’autre un temps très court et s’en débarrasser ensuite était assez banal. Il était donc ce genre de mec qu’on prenait et qu’on jetait. Il fallait bien voir le bon côté : on le prenait.

En fait il n’avait jamais eu de mal à tomber les filles. Les garder était une toute autre affaire. Jouir et fuir. Oui, pourquoi pas. Cela lui convenait aussi. Un bon resto était toujours suivi d’une soirée à moitié consciente, à moitié déshabillée, chez elle ou dehors. Ou alors une invitation chez lui, avec un délicieux petit plat comme il savait en préparer, suivi d’un fondant au chocolat et hop au lit avec un supplément chantilly.

Read More »Jouissances culinaires